Actualités

Une convention pour lutter contre l'alcoolisation des jeunes.

 
 
Une convention pour lutter contre l'alcoolisation des jeunes.

Une convention pour lutter contre l'alcoolisation des jeunes.

Signature d'une convention pour lutter contre l'alcoolisation des jeunes

Comme toutes les grandes villes, NANCY est touchée par un phénomène de consommation excessive d'alcool par des jeunes adultes, notamment à l'occasion d'évènements festifs.

 Ces derniers peuvent causer des troubles, mais peuvent être aussi fragilisés au niveau de leur santé ou victimes de prédateurs. Pour lutter avec discernement contre ces conduites à risques la seule réponse répressive ne saurait suffir.

 A l'initiative du Directeur départemental de la sécurité publique de Meurthe-et-Moselle, le Contrôleur Général Nicolas JOLIBOIS, une convention a été signée le 18 juin 2015 avec SOS Médecins 54 et les associations suivantes : Antigone, émanation de l'Association de Réinsertion Sociale, et la Maison des Adolescents, appartenant à l'Office d'Hygiène Sociale de Lorraine.

Ce partenariat s'articule sur 2 points :

- A l'occasion des gros évènements festifs : fête de la musique, fête du 14 juillet, 31 décembre, soirées estudiantines etc : présence programmée jusqu'à 3 heures d'un médecin à l'Hôtel de Police de NANCY.

Lui seront présentées les personnes en ivresse publique et manifeste interpellées sur la voie publique, aux fins d'examen médical, et c'est lui qui le cas échéant délivrera le certificat de non hospitalisation.

Ce dispositif est financé par la Préfecture grâce au fonds interministériel de prévention de la délinquance. La ville de NANCY et la Communauté Urbaine du Grand NANCY ont aussi démontré un vif intérêt pour cette convention.

- Une mesure d'alternative aux poursuites : avec l'adhésion du Procureur, et en dehors de toute autre commission de délit, une option sera proposée aux personnes en ivresse publique et manifeste, après dégrisement : la contravention de 2ème classe pourra être remplacée par un rendez-vous honoré avec un travailleur social ou infimier d'une association, afin d'évoquer leur conduite addictive. Le non-respect des conditions posées implique que la procédure initialement établie sera transmise à l'officier du ministère public pour audiencement.

Cette coopération, qui élagit l'action policière vis à vis des ivresse publique et manifeste, devrait permettre de mieux contrôler la vie nocturne dans l'agglomération nancéienne.